Remerciements:

 

 

23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 19:43

Les coques de nos prototypes sont réalisées dans un sandwich polystyrène-soie qui nous permet d'obtenir un excellent rapport rigidité-masse.

 

Nous utilisons des techniques d'imprégnation manuelles. Dans le cas de certaines pièces comme les longerons ou la cloison séparant la pilote du moteur, nous pouvons mettre l'ensemble sous vide et obtenir sans difficulté un bon état de surface. Par contre, dans le cas de la coque, ce luxe ne nous est pas permis et il nous faut alors être particulièrement précautionneux.

 

Soie101

La soie utilisée étant un tissus extrèmement fin (0,05mm), la préparation du support doit être quasi-parfaite. Nous devons consciencieusement nettoyer la zone de travail car la moindre poussière incrustée peut occasionner un défaut.

La forme du support doit aussi être acceptable avant drapage: une fois la soie posée, on ne peut plus récupérer de gros défauts de forme sans détruire cette mince couche. 

De plus, le tissus est repassé avant appliquation.

 

La zone à draper est recouverte au rouleau d'une légère couche de résine époxy.

Chaque morceau appliqué doit être débarassé de ses plis. Les techniques de drapage sont identiques aux autres tissus tels que le verre ou le carbone, sauf que dans le cas de la soie l'opération est bien plus fastidieuse, car son tissage très fin gêne l'évacuation des bulles d'air piégées sous la couche.

 

pour éliminer une bulle ou un pli, il faut tirer délicatement le tissus depuis l'extérieur, dans le sens des fibres et si possible perpendiculairement au pli, le tout progressivement sur l'ensemble de la couche, au risque de causer d'autres défauts.

Soie103
 Soie112  Soie113
 Soie114

Les découpes doivent être faites en fonction de la complexité de la surface à recouvrir: dans le cas de courbures multiples, il sera compliqué voire impossible d'obtenir un bon résultat avec un unique morceau de tissus.

 

Une fois le gros des bulles chassées, si le tissus manque d'imprégnation, on peut repasser une couche de résine au rouleau. Bien que le but soit d'en mettre le moins possible pour gagner du poids, une imprégnation insuffisante ne permettra pas d'obtenir un résultat satisfaisant, ni de bonnes caractéristiques mécaniques.

 Soie117

 Soie118

Voici le résultat final, après un mois de "sculpture" et deux heures de drapage, ce nouveau carénage permettra à la roue directrice de TIM 05 d'avoir un débattement suffisant pour le circuit de Rotterdam!

 

- Retour au sommaire -

Partager cet article

Repost 0
Publié par TIM - dans Technique
commenter cet article

commentaires

Bienvenue !

TIM (Toulouse Ingénierie Multidisciplinaire) est une association étudiante.


Notre mission : relever des défis technologiques innovants en développant et optimisant des véhicules les plus économes en énergie possible.


En ligne de mire : l’Educ-Eco et le Shell Eco-Marathon, pour nous confronter à plus de 200 équipes du monde entier!

Social